Sandra et Nicolas on été tué par des Irresponsables , il y a 1 an

plaquette marche blanche sandra nicolas jpeg 120616

Marche Blanche pour Sandra et Nicolas, article du progres

Deux ans de prison avec sursis pour avoir causé l’accident qui a tué Sandra

Le scooter a été percuté par l’arrière. Photo LA TRIBUNE-LE PROGRES

Le mardi 25 août, Sandra, 15 ans, originaire de Cuzieu, a trouvé la mort dans un accident de la circulation. Elle avait pris place sur un scooter piloté par un jeune homme de son âge. Une voiture est venue les percuter par l’arrière alors qu’ils bifurquaient sur la gauche, route de Bellegarde à la sortie de Saint-Galmier.

Ce vendredi, le tribunal correctionnel de Saint-Etienne, après en avoir délibéré, a condamné la conductrice du véhicule en cause, une infirmière de 23 ans, à deux ans de prison avec sursis, et six mois d’annulation de permis pour homicide involontaire, blessures involontaires (sur le pilote), et vitesse excessive au vu des circonstances.

La prévenue n’était pas présente à l’énoncé du verdict, mais les parents de la jeune fille et le père du pilote sont venus entendre les juges. Et ils ne décolèrent pas.

« On est extrêmement déçus et choqués de la clémence des juges », dit le père de Sandra. « C’est quelqu’un qui est 100 % responsable. On est frustré, déçu et en colère ». On peut se poser des questions sur la notion de « vitesse excessive au vu des circonstances ».

« Ça veut dire quoi ? » demande la famille. L’expertise sur les véhicules n’a pas été ordonnée par la justice, mais diligentée par le père du pilote du scooter : « Ce sont les victimes qui prouvent qu’elles sont innocentes. Ce n’est pas nous qui sommes allés trop vite. Le scooter était en bon état, nos enfants étaient équipés, casqués ». Le tribunal a en fait suivi les réquisitions du parquet pour la peine d’emprisonnement. Les six mois d’annulation du permis passent mal, aussi : « On est abasourdi. Ça ne fait pas vraiment réfléchir les gens. Un grand excès de vitesse, c’est un an, et c’est quand même moins grave que de tuer quelqu’un. La mort d’un enfant, ça vaut 35 000 euros (allusion aux dommages et intérêts qui devront être versés) ».

Les débats, lors du procès, avaient été houleux, tendus, tard le soir, exactement trois mois après le drame. La famille en garde ce souvenir : « Notre fille s’est fait faucher par une jeune femme, qui s’est retirée dans le mutisme. Pas une seule fois, elle ne s’est tournée vers nous ».

Les avocats ont tenté d’expliquer que l’on avait jugé les faits, tout en sachant que ce procès n’est qu’émotion, seulement du chagrin.

Le père de Sandra

On a témoigné, sa sœur a pris la parole, ça n’a rien changé.

Le procès de la conductrice qui a fauché Sandra s’est tenu trois mois seulement après l’accident. Elle a été condamnée à 2 ans de prison avec sursis et 6 mois d’annulation de permis. Mais les parents de la jeune fille décédée estiment que l’enquête a été trop légère notamment sur la vitesse de la voiture et sur l’usage possible du téléphone au moment du choc. Ils estiment que la qualification d’homicide involontaire déresponsabilise les conducteurs. Pour Patricia, la mère de Sandra “elle est qualifiée de coupable mais sur un mode involontaire. C’est à dire qu’elle n’a pas provoqué volontairement l’accident. Sauf que c’est une somme d’actes volontaires qui a mené au décès de ma fille de 15 ans. Moi, mon mécontentement, il est là, ma colère, elle est là, ma douleur, elle est là“.

Thierry, le père de l’adolescente estime qu’aujourd’hui “non seulement une vie a été détruite mais c’est toute une famille, les amis proches. Tous les objectifs, tous les projets qu’on pouvait avoir, c’est terminé. Maintenant on vit à court terme.

 

 

Ce contenu a été publié dans Dossiers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.